English Version

CR
(Computer Room)

d'après une idée de Jean-François Gillot et Benoit Rigaut
Ecrit par Jean-François Gillot
Version Anglaise: John Pym
©Jean-Francois Gillot

Nous sommes dans un couloir. Des gens tournent un peu partout dans tous les sens, vetus de blouses blanches, une souris et son cordon autour du cou. Sous la blouse, un T Shirt, un jean, et des baskets. C'est le service des urgences informatiques. Au milieu du couloir, un bureau d'accueil. Une fille s'y tient, Katie.

Un jeune home arrive, avec une cravate.

- Bonjour, dit-il, un peu timide.
- Bonjour, repond Katie, qu'est ce que je peux faire pour vous?
- Je m'appele Laurent Stricher, je suis etudiant et je viens faire mon stage aux urgences.
- Ah, vous devez etre le nouvel etudiant de l'Ingenieur Rigaut. Je vais vous l'appeler. Ingenieur Gillot, dit-elle en interpellant un homme qui passe.
- Oui, Katie? Bonjour, dit-il au jeune homme.
- Ingenieur, je vous presente, Laurent Stricher, c'est le nouvel etudiant de l'ingenieur Rigaut.
- Bienvenu aux urgences. Je suis l'ingenieur Gillot. Je suis le responsable de ce service. Je vais te le presenter rapidement, et on va chercher l'ingenieur Rigaut. Je crois qu'il est en train de debugger un vieux SUN qui perd de la memoire.

Stricher ecoute, en suivant Gillot, etonne par la rapidite de la parole et de la marche. Gillot continue sa presentation, tout en lui posant quelques questions.

- Tu es en quelle annee d'Ecole?
- Premiere.
- Tu sais faire quoi?
- J'ai deja fait un stage dans un magasin Auchan au rayon informatique, et j'ai suivi un cours de LOGO.
- Bien. Ici, on est aux urgences, il faut travailler vite et bien, et souvent sur des situations desesperees. Parfois on arrive a ratrapper les coups, et des fois on perds des process. C'est dur, mais c'est la vie. Tu es sujet au stress? Ici, c'est la salle PERIPH 1. C'est la qu'on travaille sur les peripheriques. La tu as DB 1 et 2, pour le debug, et la c'est HARD 1, la salle ou on fait le gros boulot hardware. Ici, la salle de repos. Prends en des que tu le peux, parce que tu ne sais pas quand tu pourra s le faire plus tard, si tu le peux. La, c'est la salle d'analyse. Tu t'es deja servi de "top"?
- Non.
- C'est pas grave, tu apprendras vite.
- L'Ingenieur Rigaut, ton superviseur, est un specialise du traitement des systemes, d'Internet et de Java. Tu vas beaucoup apprendre avec lui. Le voila qui a fini. Benoit, je te presente ton nouvel etudiant, Laurent Stricher.
- Salut Stricher, moi, c'est Rigaut. Tu as ta souris?
Du fond du couloir, on entend Katie crier: "On a le support qui nous amene un HP en Fatal Error !!".
- Stricher, suis moi!

Ils se ruent vers l'entree. Deux personnes ouvrent les portes a double battant avec un charriot qu'ils poussent sur lequel se trouve une station HP.

- Qu'est-ce qu'on a? demande Rigaut, en prenant le charriot.
- C'est une station toute neuve, elle etait sous pine, et elle a fait une fatal error. Elle perd beaucoup de memoire, et son xload est a 78% filant.
- Vous avez DB 2, crie katie du bout du couloir.
- Vous lui avez fait quoi? demande Rigaut.
- shutdown reseau, plus kill -15 de tous les programmes non vitaux.

Ils sont deja dans la salle. Ils glissent le chariot a cote de la table qui trone au mileu, les murs etant recouverts d'etageres de disquettes, et de peripheriques.

Tout le monde est autour de la machine. Rigaut, qui meme la marche, ordonne: "A trois on souleve. Un, Un Zero, Un Un, hummmpf. C'est bon, merci les gars."

Ceux du support s'en vont, il reste Rigaut et Stricher autour de la table, plus deux techniciens. Tout en donnant des ordres, Rigaut, enleve sa souris du cou et essaye de la connecter. "Je veux AFS - vous me montez le disque de debug - top et su standard. Putain, il est ou ce port souris? N'aie pas peur petite station, on va te sortir de la."
Un technicien: "On a un xload a 99% !"
Rigaut: "On reboote soft. "
BIIIP !!!
Le Technicien: "Il revient a 99%, et le swap diminue dangereusement!"
Rigaut: "On reboute encore."
BIIIP !!!
Rigaut: "Putain, ca marche pas, on reboote hard."
BIIIP !!!
Le Technicien: "Il se stabilise, et on a recupere le swap."
Rigaut: "Ok, il est tire d'affaire, on lui lance xeyes, et puis Netscape, en 2.0b3, et on le laisse sous xcpustate."
Il reprend sa souris, sort, suivi de Stricher. Katie est la: "On a un vieux mac qui veut plus monter son disque en HARD2, et une laser en carence papier en PERIPH 1.
Rigaut:"Stricher, tu t'occupes de l'imprimante, puis tu me rejoins en HARD2"

Stricher ne sait plus trop ou il en est. Tout va si vite. Du fond du couloir, L'ingenieur Rigaut qui le voit plante, lui crie: "Stricher, en PERIPH 1, la deuxieme porte a gauche! Katie, allez aider cet empote!". Katie vient a la rescousse. Ils rentrent ensemble dans la salle.

- Tu as deja rempli le chargeur d'une imprimante? , demande Katie.
- Ben non.
- Tu vas voir, c'est facile. Tu prends le bac la. Tu tires un coup sec. N'aie pas peur, tu ne lui fait pas mal. Voila. Tu l'ouvre delicatement. Tu prends des feuilles, tu remplis mais pas trop. Ok, doucement. Maintenant, tu refermes et tu renfonces le cha rgeur. La. Impecable.

Stricher, tout heureux, regarde l'imprimante. Pendant ce temps la, le visage de Katie se crispe.
- Y a un truc qui va pas, souffle-t-elle, elle ne repart pas.
- C'est quoi ce voyant rouge? demande l'etudiant.
- Merde, on est en bourrage papier! Il va falloir l'ouvrir! Je le fais, regarde bien.

Elle appuie sur le bouton, ouvre delicatement l'ensemble.
- Tu vois, il faut enlever doucement la feuille, sans risquer de la dechirer, et il faut faire gaffe la, parce que d'un cote c'est les organes vitaux, et de l'autre, c'est tres chaud. Normalement, on aurait du lui couper le jus avant d'ouvrir, mais on prend le risque d'un accident de Toner. Voila, c'est bon, referme.

A peine refermee, l'imprimante repart, sortant une belle page de garde. Katie la montre fierement a Stricher. Elle se rend compte qu'il est tout pale.

- C'est la premiere fois que tu ouvres un imprimante laser?
- Oui. C'est impressionnant.
- T'en fais pas. Ca nous a tous fait ca, tu vas t'habituer. Allez, souffle un coup, et va rejoindre l'ingenieur Rigaut.

Stricher sort doucement de la salle. Il se dirige vers la salle HARD2. La, l'ingenieur Rigaut et un technicien s'affairent autour de la boite d'un disque pose sur l'etabli central. Des cables pendent de la table, sans vie.

- Alors, ca y est, t'es la. Il t'a fallu tout ce temps pour remplir le chargeur? lui demande Rigaut.
- L'imprimante etait aussi en bourrage papier! Il a fallu l'ouvrir.
- Je suis sur qu'il nous a fait un petit malaise, dit il en souriant au technicien. Regarde comme il est pale!

Ils eclatent de rire. Mais Rigaut, tout en cliquant a droite et a gauche sur l'ecran d'un mac qui est connecte au disque, continue :
- Bon, alors on nous a emmene un vieux disque SCSI qui refusait de se monter sur son mac. D'apres toi, qu'est ce qu'il faut faire?
- Demander les antecedents?

- Bien. On a deja du le reformater deux fois au debut de sa vie. Classique. Alors?
- Je sais pas. Verifier le numero SCSI.
- C'est fait, ca colle.
- Regarder du cote du mac. C'est peut etre lui qui deconne?
- Bravo Stricher, grace a toi, on aurait perdu un disque. Dans notre metier, il faut diagnostiquer vite et bien. Pour les disques, il faut toujours faire une recherche du taux de fragmentation. Il etait a 98%. On est pas passe loin. Mais on nous l'a ammen e a temps, on est en train de le defragmenter. Regarde, et ne te trouve pas mal!

Rigaut et le technicien eclatent a nouveau de rire, tandis que Stricher s'approche de l'ecran.
- Tu sais, lui dit Rigaut, y a Gillot en HARD1 qui opere un vieux 286, tu devrais aller voir. C'est long une defragmentation, tu n'as plus rien a apprendre ici.

Stricher passe dans la salle voisine. Une fois de plus, un bloc metallique, relie a une tonne de cable pendants, est au milieu de la piece. Gillot s'y affaire dessus, aide par un technicien.
- Qu'est ce qui se passe? demande le stagiaire.
- On a un type qui a voulu installer Windows 95 sur son 286. N'importe quoi! Le pauvre, il n'avait que 50 Mega de Dur et 2 de RAM, il a completement explose. On va le perdre. On arrive meme plus a rebouter.
Le technicien l'interromp: J'ai perdu la souris!
- Bon, on va l'ouvrir, repond l'ingenieur,. On va tenter de lui greffer un stimulateur d'horloge externe pour lui freiner le CPU. Karl, vas-y, devisse le capot. Aide le Stricher.
- Mais ca vous servira a quoi? demande l'etudiant.
- C'est quasi desespere, lui repond Gillot, mais si on arrive a le stimuler sur une horloge externe, on peut ralentir le CPU, et trapper une interruption systeme. La on peut arreter le cpu sans dommage, nettoyer le disque, remettre le DOS, et puis relancer doucement la becane, qui reparira sans se rendre compte de rien. Stricher, prends la sonde de l'oscillo, et monitore moi la clock.
- C'est bon, je vous ai degage le quartz! annonce Karl.
- "Fer a souder", demande l'ingenieur. "J'espere qu'il va tenir..."
- Court Circuit!!!! crie le technicien. Le processeur est grille!
- Merde, jure Gillot, mais on a fait ce qu'on pouvait. Karl, l'alim a l'air en bon etat. Appelle le proprietaire et demande lui l'autorisation de la prelever. Ca peut sauver un vieux PC en attente de greffe."
Stricher, tetanise, ne dit plus rien.

- Bon, allez, ce debut de journee a ete eprouvant, va souffler un peu Stricher, lui conseille l'ingenieur.

Stricher, qui n'en peut effectivement plus, sort quelques minutes du service et va prendre l'air. Il s'assit sur les marches, et pose sa tete dans ses mains. Il n'entend meme pas arriver l'Ingenieur Gillot.

- Alors Stricher, ca va?
- Bof.
- Pas evident, hein?
- Disons que ce matin, je viens de voir un PC claquer devant mes yeux, je me suis senti mal quand il a fallu ouvrir un imprimante en bourrage papier, et si j'avais applique mon diagnostic au disque SCSI que traitait l'ingenieur Rigaut, je l'aurais fusille ... Je ne sais pas si je suis fait pour ce metier.
[ silence ]
- Stricher, on est tous passe par la, c'est le debut. Tu dois apprendre. Tu vas apprendre. Ne te decourage pas.

Il lui tape amicalement sur l'epaule, et repart vers le service. Stricher l'entend a present s'eloigner.

A peine Gillot a-t-il passe la porte qu'il se retourne et crie au jeune homme: " Stricher, magne toi, on a une attaque virus sur un cluster avec risque de contamination a tout internet. On a besoin de toi!"

Stricher se precipite derriere l'ingenieur. Ils rentrent en en DB 2. Rigaut a deja sa souris connecte a une console.
- Grouillez vous, lance-t-il, prenez chacun une console. J'ai deja reconfigure le router qui relie le cluster a Internet. On a evite la contamination. Mais j'ai laisse des access pour nous. Stricher, tu es charge de la machine 'er.nbc.com'.
Stricher bredouille: "Mais je fais quoi?"
- Ping, Telnet et login root. Le mot de passe est "I love Unix". Sans espaces.
15 secondes apres, Stricher exulte : "Ca y est, j'ai fait AFS et top. Y a un process bizarre qui a un xload a 10%. Il s'appele 'Fool'".
- Bien joue Stricher, dit Rigaut, tu as identifie le virus. Allez debarassons nous de lui. Alors tu ...
- Merde, le coupe Stricher, il s'attaque a un process qui va forker!
- kill -9, lui crie Gillot. Et si tu peux pas sauver les deux process, sauve le fils!

Un silence s'installe, seulement interrompu par les clics des souris et le bruit des touches des clavier. Soudain, Stricher crie: "Ca y est, je l'ai vire. Et j'ai sauve les deux process!"
- Moi aussi, je l'ai vire, dit Gillot. Et toi Benoit?
- Ok, c'est bon aussi. On a reussi. Bon travail Stricher, ca vaut bien un cafe.

Ensemble, ils recuperent leur souris, les remettent autour du cou. Stricher, Gillot et Rigaut sortent de la salle, et se dirigent vers le distributeur. En buvant son cafe, Gillot, medite tout haut:
- C'est quand meme degueulasse ces virus qui s'attaquent a des process en train de forker...
Rigaut approuve d'un "Mouais" qui en dit long.
- ... Mais quand meme, ta reussi a les sauver, Stricher, le pere et le fils. Chapeau . Stricher? Stricher????

Mais Stricher est ailleurs. Le nez dans son cafe, il a les yeux qui brillent. Finalement, c'est pas si mal comme boulot.


[CR] [Casting] [Photos] [Liens]


Jean-François Gillot (Jean-Francois.Gillot@cern.ch), le 5 Sept 1996.